Granny’s Challenge #13 : Spooky Tooth/Pierre Henry – Ceremony Messe Environnement

Le challenge ne s’arrête pas. Aujourd’hui c’est une bête hybride qui s’amène dans nos oreilles. Et croyez-nous, il aurait mieux fallu qu’elle ne voit jamais le jour.

Les artistes :

Exceptionnellement, nous allons parler de deux artistes car l’album du jour est le fruit de la collaboration de deux entités. En premier lieu : Spooky Tooth. Le quintette a connu une histoire florissante dans ses débuts avec deux albums plutôt bien accueillis par la critiques et les gens de manière générale. Leur hard rock psychédélique marche bien dans une période ou un autre groupe commence à faire son trou : Black Sabbath.

De l’autre coté, Pierre Henry. Le pape de la musique concrète a une carrière tellement longue qu’il ne serait pas lui rendre hommage que de la simplifier en ces quelques lignes. Sachez juste que son morceau « Psyché Rock » inspirera Matt Groening pour le générique de son dessin animé Futurama. On vous conseille aussi Variations pour une Porte & Un Soupir, si vous avez envie de vous faire à l’idée de ce qu’est la musique concrète.

L’album :

We did a project that wasn’t our album. It was with this French electronic music composer named Pierre Henry. We just told the label, ‘You know this is his album, not our album. We’ll play on it just like musicians.’ And then when the album was finished, they said, ‘Oh no no — it’s great. We’re gonna release this as your next album.’ We said, ‘You can’t do that. It doesn’t have anything to do with the direction of Spooky Two and it will ruin our career.’ And that’s exactly what happened

Gary Wright

Il est difficile de mieux résumer l’album qu’avec cette citation de Gary Wright alors claviériste/chanteur de Spooky Tooth. Les Anglais ont joué une messe hard rock blues magnifique qui a été massacrée par les idées de Pierre Henry.

Les chansons sont difficilement écoutables et l’album est un gâchis considérable. Spooky Tooth ne s’en sortira pas indemne, à tel point que le line-up aura connu 22 personnes différentes. On retrouve d’ailleurs un certain Mick Jones. Ce dernier est fondateur de Foreigner et aura aussi été musicien de session pour Sylvie Vartan ou encore Johnny Hallyday. Tout arrive.

L’erreur du label de sortir l’album sous le nom de Spooky Tooth est terrible. Alors qu’on aurait pu avoir un gros nom de la scène psychédélique Anglaise, on a un gout de déception et de frustration. Une de ces histoires qui remplissent des livres.