Granny’s Challenge #11 : John McLaughlin – Devotion

Nous, vous ne rêvez pas. On ressort bien un format d’outre tombe. Un samedi sur 2, en alternance avec La Scène, vous aurez le retour de ce challenge qui pousse Tolol à chroniquer chaque album présent dans le livre « La Discothèque Secrète de Philippe Manoeuvre ». Épisode 11/111, c’est parti.

L’artiste :

John McLaughlin est un nom qui ne parlera pas au plus grand nombre mais que les aficionados de prog ou de jazz doivent connaître un peu. L’Anglais s’est fait connaître pour son jeu de guitare impressionnant et ses inspirations géniales.

Son travail en solo va lui ouvrir les portes d’un petit Jazzman peu connu : Miles Davis. Il va collaborer avec le trompettiste à 12 reprises pour des albums, notamment In a Silent Way ou encore Bitches Brew. Il aura l’occasion dans ses jeunes années de Jammer avec les Rolling Stones ou encore Jimi Hendrix, rien que ça.

Mais la ou il va peut être parler à plus de gens, c’est avec son groupe : Mahavishnu Orchestra. Une entité entre Jazz Fusion & Rock Progressif qui va inspirer une ribambelle de groupe de Black Flag à Opeth en passant par Cynic et même The Dillinger Escape Plan. Une formation qui sera unanimement saluée dans les années 70 pour ses albums mais aussi ses lives d’une intensité folle.

On le retrouve souvent dans les classement des meilleurs guitaristes de l’histoire. Jeff Beck dira même de lui en 2010 qu’il est le meilleur guitariste vivant. Une belle reconnaissance pour un artiste influent. Mais que vaut ce Devotion ?

L’album :


In 1969, I sign a contract in America for 2 records. First is ‘Devotion’ that is destroyed by producer Alan Douglas who mixes the recording in my absence

Cette citation sort du site internet personnel de John McLaughlin. Laissez moi vous dire qu’il n’aime pas du tout Devotion. Pourtant, il aurait de quoi être fier. Si vous aimez le rock psychédélique instrumental à base de jam, alors arrêtez de lire cet article et jetez vous sur cet album. 35 minutes de folie rock à la puissance notable et au génie suintant des amplis.

Il est difficile de se dire que ce disque fête ses 50 ans cette année tant il semble encore d’actualité quand on peut écouter certaines sorties récentes. Un véritable visionnaire qui comme Hendrix aura bousculé les codes de la guitares à cette époque. Malheureusement, le temps et le grand public n’auront retenu que l’Américain.

On comprend aisément le succès de Mahavishnu Orchestra rien qu’avec ce Devotion. Les compositions sont épatantes, chaque musicien est au top de son jeu et McLaughlin régale de ses solos interminables. Je vous le redis, prenez 35 minutes de votre temps et voyagez avec ce disque. Vous n’en serez pas déçus.