Dream Theater – A Dramatic Turn Of Events

Voici la seconde critique de Granny.

Avant tout, je dois dire que je vais surement faire plaisir à quelques-uns de mes abonnés puisque cette critique sera portée sur le dernier album du groupe Dream Theater nommé « A dramatic turn of Events ».

C’est sur, cet album est dramatique. Déjà remettons dans le contexte que Dream Theater a changé de batteur passant du très extravagant et expert des roulements en tout genre Mike Portnoy à un batteur plutôt plat Mike Mangini qui je dois l’avouer m’est totalement inconnu. C’était donc pour moi l’occasion de découvrir son talent.

A l’écoute du premier morceau ayant filtré sur le net  » On the backs of Angels » on remarque que l’esprit du groupe reste le même c’est a dire porté sur des riffs lourds de Petrucci, une voix irritablement aigue de John La Brie et surtout un usage du clavier très important de la part de Jordan Rudess.

Mais on remarque surtout un jeu de batteur très posé sans roulements intempestif et au final l’ensemble passe bien et donne envie d’écouter la suite de l’album. Mais voilà… La suite est totalement désastreuse.

Cet album est a ranger dans la catégorie des albums à ne pas écouter au volant, risque d’endormissement ! Des chansons plates qui personnellement m’ont presque endormie. Le clavier est juste énervant qui je trouve est une bonne raison de ne pas aimer le groupe (bien évidemment on peut ranger la voix aigüe du chanteur dans cette catégorie, mais c’est selon les goûts de chacun).

On remarque surtout que lorsqu’un seul être vous manque tout est dépeuplé. Non ce n’est pas de Vanina que je parle mais bien de Mike Portnoy. Portnoy manque c’est incontestable.

Parce que là ou Mangini joue posé sans être extravagant, Portnoy lui était totalement inutile mais apportait son lot d’envie car on reste toujours extasié par son talent a placer des roulements impossibles a des endroits improbables sans que ça fasse hors contexte.Et le problème c’est qu’une chanson avec une batterie sans extravagance c’est bien mais pour Dream Theater ce n’est pas ce qu’il faut et donc ça donne une sorte de manque de Portnoy et l’album s’en ressent fortement

Au final vous avez donc un album de 9 chansons sorti cette année et qui vous fera passer un peu plus d’une heure de somnolence et d’ennui. Ce qui se retrouve lorsqu’on les voit sur scène. Les Puristes et fans ne seront pas trop déçu et pourrons apprécier mais je ne conseille pas cet album à un simple adepte du métal (sauf en cas d’insomnie)

Je terminerai en citant un homme qui sera bientôt sous le feu de mes critiques

« A tout le monde a tous mes amis je vous aime je dois partir »

GOD BLESS MUSIC

 

 

Granny Smith T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *