Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

Thrice – Anthology

Thrice se met en pause cette année, après 14 ans d’existence. Le groupe mené par Dustin Kensrue nous laisse après un Farewell Tour émouvant, et édite dans la foulée ce Anthology (issu du grec ancien Anthologia, qui signifie Florilège, pour les rares gens qui ne parleraient pas couramment grec), un live issu de la tournée. Anthologie? Vraiment? C’est ce qu’on va voir.

L’idée est intéressante : ne pas retoucher les enregistrements live, et les livrer, bruts. Accepter les pains, les fausses notes, et assumer son statut d’être humain. 24 titres, 2 cd (ou 4 vinyls) : ça semble correct. Et la setlist? Anthologique? Probablement. Exhaustive? Etonnamment. Les Californiens déterrent des morceaux de tous les albums qui les ont façonnés avec brio, alternant le calme de Come On You Weary avec la rage de Deadbolt ou de To Awake And Avenge The Dead. Un best-of savamment agencé, qui ne laisse pas de place au hasard. En ouvrant avec Yellow Belly, le quatuor de 4 personnes (coucou la redondance!) annonce la couleur (pas forcément Yellow, d’ailleurs). La suite n’est qu’un déluge d’émotions, et résumer ces 24 titres en track-by-track serait faire injure à la qualité de cet opus. L’excellence de la setlist et son dynamisme ne sont qu’un régal.

Que dire d’objectif sur ce CD? Rien. Ayant eu le privilège d’assister à une des dates du Farewell Tour de Thrice, j’avais senti cette émotion qui submergeait petit à petit le groupe (je repense à Riley sanglotant entre 2 mots dans le micro), et je craignais que ces sentiments-là ne soient pas retranscrits sur le disque.

Copyright : Thrice.net

Il suffit d’une seule écoute pour comprendre le contraire. Tout le disque est, à l’image de ce Beggars, bouleversant (en écoute ci-dessous),et sa phrase ô combien révélatrice : If there’s one thing I know, in this life, we are beggars all.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén