Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

The Datsuns – Death Rattle Boogie

Que sait-on des Datsuns? Influencés par les années 70, le quatuor Kiwi a sorti 4 LP depuis sa création. (Dont un produit par John Paul Jones, excusez du peu…ce même Jones qui jouera quelques claviers sur cet album). L’album Headstunts, qui se situe chronologiquement juste avant ce Death Rattle Boogie, avait été à mon sens un peu décevant : pas de riffs sauvages comme on en a l’habitude, moins d’énergie… alors qu’attendre de ce Boogie là?

14 titres. Le Néo-Zélandais n’est donc pas avare d’efforts. Bel effort, d’ailleurs, de proposer le téléchargement gratuit du morceau Gods Are Bored, premier single issu de ce nouveau LP. Et on ne retrouve pas suffisamment d’énergie pour combler les attentes des fans de la première heure, malgré des passages extrêmement intéressants, notamment un refrain qui ferait surement plaisir à n’importe quel fan de George Thorogood And The Destroyers.

Mais vu qu’un album ne se compose pas d’une seule chanson (albums de Coldplay mis à part), passons à la piste 2, qui est également leur deuxième single : Gold Halo. Que d’énergie, de violence, de rock and roll! Le groupe reprend vie, comme si rien ne s’était passé depuis Smoke & Mirrors (leur 3ème album). Solos super efficaces, une voix retrouvée, un rythme super catchy : un morceau qui fait bien plaisir.

Mais la grande surprise, c’est de voir à quel point les influences du groupe rejaillit sur l’album : Parfois stoner (!) avec notamment Axethrower et Bullseye, souvent power rock and roll avec Gold Halo, Skull Full Of Bone, étonnamment pop-rock avec un Shadow Looms Large qui me fait penser à Kasabian, le groupe semble arriver à trouver son style en mélangeant ceux-ci, pour un résultat détonnant, étonnant, mais surtout réellement agréable à écouter.

Je vous laisse avec l’excellentissime Gold Halo, avant que vous ne fonciez télécharger acheter cet album qui, à mon sens, vaut clairement son prix.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén