Scaled and Icy (TWENTY ONE PILOTS) : Se réinventer pour mieux surprendre.

S’il y a bien un duo qui a le vent en poupe depuis la dernière décennie, c’est les originaires de l’Ohio : Twenty One Pilots. Composé de Tyler Joseph ainsi que de Josh Dun, le projet s’est développé progressivement, jusqu’à devenir un nom mondialement connu. Leur travail précédent, Trench, avait été couronné d’un certain succès. Réussissant avec brio à mêler des influences Rock très marquées avec un côté Pop très accrocheur. C’est en 2021 que les deux compères rendent public leur sixième album studio : Scaled and Icy. Un opus très attendu par les fans et écrit alors que le monde était isolé à cause d’un virus. Celui dont nous connaissons malheureusement que trop bien l’existence.

Une sortie de la part de Twenty One Pilots constitue dorénavant un important événement. C’est ici un des moments forts de l’année de l’industrie musicale à lequel nous avons à faire. Le duo originaire de Columbus est après tout un nom majeur depuis quelques années. Leurs disques Blurryface et Trench sont deux pièces s’étant très largement vendues. Toutes deux suivies d’une tournée mondiale, étant par ailleurs de véritables succès. La relation entretenue avec leurs fans est très forte, se tenant proche de ces derniers, expliquant alors l’excitation générale à l’annonce de chaque nouveau projet. D’autant plus que Tyler Joseph et Josh Dun s’évertuent à constamment sortir de leur zone de confort. Exprimant premièrement une certaine volonté de ne pas se reposer sur leurs acquis, mais aussi de surprendre l’auditoire.

C’est dans cette optique là que le duo avait dors et déjà entamé un virage remarqué sur le single “Level of Concern”. Sorti au moment du confinement, l’abordant avec une poésie et une vision leur étant propres. Le précédent manifeste des deux musiciens confirmait également cette tendance, à mi-chemin entre Rock sombre et Pop très accrocheuse, toujours embellie de passages rappés ainsi que d’apartés plus ambiantes et atmosphériques. Ici, Scaled and Icy demeure être dans la continuité totale de la ligne imposée par le groupe. Les influences précédemment citées Rock et Pop restent présentes, mais viennent s’ajouter à des sonorités nouvelles. Le premier morceau promotionnel de l’album, “Shy Away”, avait d’ailleurs déjà vendu ce constat.

Tyler Joseph au premier plan ainsi que Josh Dun au second. Crédit photo : Billboard

L’une des autres nouveautés de ce sixième opus discographique consiste en la présence ubiquiste de parties de guitare. C’est l’un des derniers axes d’évolution avancé par Tyler Joseph, principal compositeur du projet. Un renouvellement sonore au doux goût de Disco, avec l’utilisation régulière de cocottes. On peut également associer cette témérité à la renaissance récente du mouvement Pop Punk. Notamment popularisé par des groupes comme Sum 41, Green Day ou encore Blink-182. Cette répercussion est palpable. La piste “Never Take It” et son solo en sont une bonne illustration. On peut également retrouver une partie lead sur le titre “The Outside”, mettant en avant une certaine maîtrise. L’instrument n’est par ailleurs pas uniquement présent à son travers sa version électrique. “Formidable” propose une ballade sublimée par une guitare acoustique, très peu courante dans l’ADN mélodique du groupe. Le parti pris est ici très osé, les fans n’étant pas habitués à cela. Un autre changement majeur est également amené par l’ambiance proposée. Là où Trench nous avait proposé un monde très sombre et brumeux, voire mystérieux, Scaled and Icy en prend le contre-pied complet. L’humeur étant bien plus gaie et dansante dans son ensemble.

Le dépaysement est complet, mais très frais et surprenant. Cette envie de nouveauté vient nourrir avec brio l’ambiance très festive mise en place. Cette dernière s’inspire pleinement des années 80’s, déifiées depuis maintenant quelques années. A vrai dire, tirer ce constat s’apparente presque à un euphémisme. Même l’esthétique visuelle de ce nouvel album pourrait constituer une éloge à cette période tant appréciée par notre génération. En vérité, les dessous de cette couleur très lumineuse proviennent d’un événement interne. Ces derniers mois, Tyler Joseph a découvert la paternité, et toute la joie que cela impliquait. On peut se douter que cette heureuse nouvelle a fortement influencé la direction de Scaled and Icy. On peut également interpréter ce choix comme étant un moyen d’esquiver la tristesse, issue de l’absence de tournées. Comme pour construire une bande-originale, spécialement conçue pour s’échapper de toute l’amertume de ces derniers mois. Les textes, écrits par le vocaliste et multi-instrumentiste, abordent régulièrement ce sujet, de manière plus ou moins explicite. Comme pour adresser un message à son enfant du futur.

Tyler Joseph (à gauche) et Josh Dun (à droite). Crédit photo : Compte Twitter du groupe

Ce même enfant, adolescent ou adulte qui reviendra, d’un air curieux, sur les vieux travaux de son père.
Décider d’opter pour une telle démarche constitue en elle-même une véritable prise de risque. Ces dernières années nous ont aisément montré à quel point il est aisé de construire un hommage quelconque, vide de sens et de propos, ôtant dès lors tout intérêt au procédé. Mais il est important de ne pas faire de constat isolé une généralité. Des artistes tels que The Weeknd ou encore Dua Lipa nous l’ont prouvé en 2020. Avec de la personnalité et des idées séduisantes, il est largement possible de composer un hommage touchant du doigt l’excellence. Ici, Twenty One Pilots suit la digne lignée des artistes précédemment cités. Optant pour une révérence pleine de caractère. On y reconnaît avec opulence l’identité du duo, son style marqué est présent. La voix de Tyler Joseph porte toujours brillamment le projet sur ses épaules. Occasionnant de vraies moments de grâce, où la symbiose entre instrumentation et vocalises semble parfaite. Le tout accompagné par la section rythmique très droite et efficace de Josh Dun, capable de proposer des parties de batterie très variées, prenant un malin plaisir à construire un jeu subtile et intelligent.

Malgré toutes ces nouveautés, tous ces nouveaux éléments, on parvient aisément à retrouver ce qui a caractérisé et défini toujours le groupe. Le piano demeure toujours omniprésent, qu’il soit simple et classique, ou alors empli d’effets en tout genres. Pour certains, ils sont tout simplement utilisés de manière moins marquée. On peut prendre l’exemple de l’utilisation du ukulélé comme une bonne illustration. C’est un instrument qui colle à la peau de Twenty One Pilots depuis maintenant quelques années. Encore plus depuis leur énorme tube “House of Gold” sur leur album Vessel, paru en 2013. Trench avait déjà montré le duo comme s’éloignant de ce dernier, le mettant moins en avant. Même s’il est bel et bien présent au sein du disque, Scaled and Icy s’inscrit comme étant la continuité directe de ce constat. A vrai dire, on n’entend l’acoustique hawaïenne que deux fois sur le disque. Au sein de la première piste de ce dernier, “Good Day” et de “Bounce Man”, pour être précis.

Crédit photo : Tension Division


Cette volonté d’évolution n’est pas nouvelle. C’est même l’un des aspects qui rend le duo de Columbus aussi unique et intéressant. Ce changement s’est fait progressivement, il est même probable qu’il ne soit si attentionnel qu’on veuille le croire. L’attitude semble sincère, et par-dessus tout très naturelle. C’est l’un des aspects qui constitue le charme irrésistible de ce nouvel opus. Ce virage très lumineux a tout d’un choix en adéquation complète avec les modes et les tendances musicales actuelles. Mais outre une vision opportuniste des choses, il est peut-être plus approprié de les lire de manière différente. Twenty One Pilots a l’habitude de ne pas franchement suivre la foule, bien au contraire. Ici Tyler Joseph et Josh Dun s’inscrivent sans le cacher dans la lignée du mouvement rétro. Empruntant énormément au son des années 80’s. Allant alors de la Pop d’ABBA, à la Disco des Bee Gees ou encore à la Funk de Stevie Wonder. Le tout, produit avec des moyens de production résolument modernes. Conférant à ce nouveau disque un aspect d’actualisation de ces genres, comme pour participer à les remettre au goût du jour.

Toutes ces sonorités viennent se mélanger à l’héritage déjà représenté depuis des années par les deux compères, créant dès lors une œuvre qui, en plus d’être intéressante et très bien pensée, est originale, surtout pour ceux qui ont l’habitude d’attentivement suivre le projet. L’intention n’est également plus la même. Là où Twenty One Pilots était accoutumé à des projets complexes, impliquant un certain intérêt et des lectures cachées, le duo semble ici avoir lâché les chevaux. Scaled and Icy ne présente aucun élément apparent de composante renvoyant à un quelconque mystère destiné à être résolu par les fans. Ici l’envie est très simple, limpide même : faire un album dansant et divertissant. Quelque chose de joyeux, créant un contraste drastique avec le contexte dans lequel il a été créé. Une pièce permettant de faire oublier la grande morosité touchant notre quotidien depuis maintenant plusieurs mois.

Malgré toute cette bonne volonté, une chose manque à l’appel : les concerts. Après tout, quoi de mieux pour fêter un nouvel album qu’une représentation en face de son public. Comme pour inviter ses fans à participer à une grande célébration, pour créer un moment de partage. Qu’à cela ne tienne, Twenty One Pilots a plus d’un tour dans son sac. C’est dans l’optique de marquer la sortie de Scaled and Icy que les deux musiciens se sont lancés dans une démarche maintenant courante. Pendant plus d’une demi-année, Tyler Joseph et Josh Dun ont concocté un livestream, reprenant tout le disque. Un show grandiloquent, avec des décors faits spécialement pour l’occasion. Opérant dès lors comme une release party, mais visible partout dans le monde. Montrant une nouvelle fois que le groupe est loin d’oublier ses admirateurs les plus fidèles.

Crédit photo : Compte Twitter du groupe

Et il faut dire que la mission est brillamment réussie. Il va de soi que tous les auditeurs réguliers du duo ne seront pas tous ravis de ce changement de direction. Cela c’est d’ailleurs déjà vérifié, il suffit de voir à quel point l’album a pu diviser à sa sortie. Mais malgré cette divergence d’avis dans l’opinion globale, Scaled and Icy demeure être un manifeste très réussi. A la fois très bien pensé et exécuté, mais également osé et original. Cela est encore plus louable du fait de l’omniprésence du style rétro dans la Pop Culture depuis plusieurs années. Ce sixième disque du groupe américain évite avec brio le piège de l’hommage quelconque et réchauffé, tout en proposant des pistes convaincantes. Twenty One Pilots démontre une nouvelle fois tout son caractère et tout son potentiel créatif. Même lorsqu’il s’agit de pièces plus simples et moins recherchées. Avec ce nouveau projet, Tyler Joseph et Josh Dun signent un opus réussi de bout en bout. En mêlant continuité et renouvellement, les compères de l’Ohio se montrent sous un nouveau jour. Lumineux et optimiste, sans tomber dans le niais et la naïf. Montrant dès lors, que l’on peut sortir de sa zone de confort, muer tout en proposant un ensemble cohérent, sublime et remarquable.