Music Monday #62 : Sleep – Dragonaut

Allez, il est temps de relancer cette chronique hebdomadaire. Aujourd’hui on revient sur un tube du groupe Sleep, qui va nous servir à vous teaser quelque chose de savoureux.

Sleep est un trio de poids lourd dans la scène stoner rock. Formé en 1990, il s’agissait d’abord d’un quatuor. Sous cette formation, ils ont sorti leur premier album nommé Volume One. Peu après cette sortie, Justin Marler, guitariste, décide de quitter le groupe. Les autres membres décident de continuer à trois, une idée lumineuse puisqu’ils produiront un morceau d’histoire en 1992.

Signés sur Earache Records, les gars de Sleep sortent Holy Mountain et deviennent une figure du stoner dans le monde. Le thème principal est très simple : la weed. Pour eux, la dénomination du genre est parfaite. Sur cet album se trouve leur premier gros tube : « Dragonaut ».

Le rythme est relativement lent, le riff principal est fait pour casser la nuque et le chant d’Al Cisneros est noyé dans les effets. C’est d’ailleurs avec cette chanson qu’un certain trio de Bordeaux a trouvé son nom. On a pas parlé du son de basse qui est ultra fuzzé jusqu’à plus soif. Un signe caractéristique de Sleep. Tout dégouline des amplis et on s’imagine déjà dans le désert à bord d’un cabriolet.

Actuellement, le trio Californien termine ses concerts avec cette chanson, au plus grand plaisir des fans. L’occasion de vous parler du Desertfest Anvers de 2019. J’ai eu la chance d’assister à ce show et plus largement, à tout ce week-end de stoner, doom, psych rock etc. Et si vous pensez que je suis rentré les mains vides, vous vous trompez.

Au programme, 4 reports audios de ce festival. J’étais entouré de Drey Talquor, que vous connaissez sur le site grâce à ses chroniques. En 3e luron, Asukero, intervenant régulier des reports de Enjoy The Noise, qui a partagé ce festival avec nous. Tout ceci sera hébergé par les amis de La Pause Clope. On espère que ça vous plaira. Nous, en attendant, on se remet du Sleep dans les oreilles.