Music Monday #112 : Monolord – I’m Staying Home

Lundi 18 janvier 2021. Une date marquée du sceau du Blue Monday. A savoir que selon les spécialistes il s’agirait du jour le plus déprimant de l’année. Soit. Autant apaiser le tout avec une bonne dose de gras non ?

S’il y a un trio que je porte très haut dans mon cœur, c’est bien Mars Red Sky. Mais juste derrière eux, on trouve les Suédois de Monolord. Un son unique, une puissance folle, un chant aérien et planant, une batterie lourde et surtout une science du riff impressionnante. Sur chacune de leurs sorties on trouvera au minimum une piste qui sera d’une efficacité folle.

A la surprise de tout le monde, Monolord nous a dévoilé une nouvelle chanson enregistrée pendant cette crise Covid qui commence à nous briser les noyaux. « I’m Staying Home », titre plus que bien senti, est du Monolord classique dans le texte. Du riff efficace, du solo au top, une basse bien grasse et le chant de Thomas V Jager toujours dans la reverb. Malheureusement, le groupe s’est retrouvé piégé dans deux intentions.

On le sait, les Suédois se sont fait connaître avec des pièces longues, caractéristiques du doom, notamment « Empress Rising », leur tube. Mais depuis quelques années, Monolord cherche à aller à l’essentiel. Moins de fioritures et des morceaux plus directs comme « The Last Leaf » ou encore « Rust ». Or sur « I’m Staying Home » on a la sensation que le titre pouvait aller bien plus loin que sa fin laisse supposer et qu’ils ont coupé leur effort un peu trop tôt. La où sur les autres pistes « courtes » du trio, on sent qu’ils se sont arrêtés au bon moment.

Cette petite frustration n’enlève en rien la qualité du titre. Il semble acquis que Monolord ne soit pas capable de fournir un mauvais morceau. Une sortie en Ep accompagnée d’un live de « The Bastard Son » tiré de leur dernier album en date : No Comfort. Le plus frustrant finalement est peut être dans cette sensation qu’on aimerait en avoir plus. Pas qu’au niveau du morceau. Si jamais les Suédois veulent sortir un album en 2021, ils sont les bienvenus.