Music Monday 86 – Slipknot – Duality

Une des pires choses pour un groupe de musique est le décès d’un de ses membres. Qui plus est quand on parle d’un des fondateurs. C’est pour ça que ce Music Monday sera un petit hommage à Paul Gray, parti depuis maintenant 10 ans.

A moins d’habiter dans une grotte, ou d’être vraiment en dehors de la sphère métal, impossible de passer à coté de Slipknot. Phénomène de cirque mêlé à de la musique extrême, l’entité venue de l’Iowa ne laisse pas indifférent. Il faut dire que les costumes de scène et le mystère autour de ses membres à pour beaucoup aidé à l’explosion du groupe au début des années 2000. Ça et l’arrivée du Neo-Metal, genre dans lequel ils vont s’inscrire, un peu par défaut.

Bien qu’il y ait l’utilisation de scratchs et de samples, la musique de Slipknot se veut bien plus agressive que ses « concurrents » du Neo-Metal que sont Linkin Park, Korn ou encore Limp Bizkit. Les membres refusant même l’appellation Nu-Metal qu’ils ne considèrent pas adéquate à leur musique.
Il faut dire que Slipknot est un véritable ovni musical qui va, dès son premier album, marquer les esprits avec des titres comme « (sic) » ou encore « Wait And Bleed ». D’ailleurs, le line-up sur ce premier disque restera le même jusqu’en 2010, date du décès de Paul Gray.

De 1999 à 2008, les américains sortiront 4 disques, tous reconnus comme étant bons voire très bons. Nous, on s’arrêtera en 2004, année de diffusion de Vol.3 : (The Subliminal Verses) qui contient le single « Duality », mis en avant dans cette chronique.

C’est une chanson majeure de la discographie de Slipknot. Elle débute par Corey Taylor chuchotant la première phrase du refrain, devenue culte : « I Push My Finger Into My Eyes ». S’en suit une montée en puissance, une arrivée des instruments et l’explosion du riff qui ne peut que vous faire headbanger comme jamais. On est sur 4 minutes d’efficacité redoutable et de bagarre infernale.

J’aurai pu rendre hommage à Paul Gray en parlant de « Goodbye » qui est sur 5. The Gray Chapter, sorti en 2015, mais j’ai préféré qu’on se souvienne de lui en tant que membre de Slipknot. Et quoi de mieux que de le faire dans un mosh pit de qualité avec vos amis ou des inconnus. C’est aussi ça la force de la musique, rassembler les âmes. Monsieur Gray, merci pour votre contribution à la musique Metal au sens large. J’espère que la ou vous êtes, vous jammez sans concession avec des collègues.