Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

Hacktivist – 23/03/16 @ Warmaudo (Lyon) : Live Report

Quand on parle de métal en Angleterre, vous pourrez me répondre Iron Maiden, et vous aurez raison. Cependant, ils n’étaient pas programmés au Warmaudio contrairement à Hacktivist, dont on va parler aujourd’hui. Un concert co-organisé par Sounds Like Hell qui nous prouve, encore une fois, qu’elles savent ce qu’elles font en terme de programmation.

Petit rappel pour ceux qui auraient loupé le cours de musique, Hacktivist c’est un groupe anglais mêlant habillement le djent et le rap pour un style qui est reconnaissable et surtout hyper puissant. Ils se sont notamment fait connaître grâce à leur reprise de « Niggas in Paris » de Jay-Z & Kanye West, mais ça, on y reviendra !

12473689_1095685337119138_5966727370532486954_o

Le chanteur de Sipping ©LukasGuidet

Ce soir-là, ils partageaient la scène avec Vautour et Sipping, deux groupes français par qui nous allons attaquer ce report.
Alors, tout d’abord, Sipping nous a proposé un set hardcore plutôt classique, simple, voire même un peu simpliste. Cependant, le groupe a su, mettre l’ambiance par un jeu de scène qui, si il rappelait le lièvre lors du retour du printemps, sait se montrer efficace dans une salle comme le Warmudio (nldr : attention cependant au plafond.)


On enchaîne avec Vautour, et pour le coup on ne « rapacera » pas. (Compris ? Vautour ? Rapace ? Allez riez, vous en mourrez d’envie.) Le groupe peut se vanter d’avoir fait bonne impression auprès du public présent, cependant je suis resté assez dubitatif quant à leur prestation. Jeu de scène aléatoire pour ne pas dire chaotique, délire trop compliqué à approcher et surtout manque cruel d’instrumentiste. Je ne sais pas si c’est voulu ou bien si c’est une malchance, mais ce soir-là, Vautour a montré que moins ne rime pas avec mieux. On aurait aimé voir une basse et quelqu’un devant une boite à sons, afin de rendre le tout beaucoup plus agréable scéniquement.

12593868_1095685413785797_8379327888183125345_o

Le batteur de Vautour, prêt à foncer sur sa proie ©LukasGuidet

Et maintenant, attaquons la pièce de résistance. Hacktivist démarre fort comme on les connaît, et c’est tant mieux. Les Anglais ont une salle chauffée et ça fait du bien de voir un groupe qui sait en profiter. Si le son du Warmaudio n’est pas son point fort, on a apprécié une qualité sonore au rendez-vous et c’est pour le mieux, car ici, les compos très délirantes demandent un son au minimum décent, ce qui fut le cas. Quant au show, le groupe nous sert un spectacle à couper le souffle, une leçon de jeu de scène mettant tout le monde d’accord. On appréciera notamment le milieu de la setlist, coupée par « Niggas In Paris », le morceau que tout les fans attendaient. Le morceau reviendra même en tant que 2ème rappel pour un live qui nous a mis une énorme claque.

L’ensemble du concert reste homogène et c’est plutôt plaisant.  Ici les anglais ne se prennent pas la tête, sont là pour s’amuser, ça se sent, ça se communique, c’est un oui. On notera aussi que peu avant le concert, les gars du groupe se baladaient au milieu des spectateurs et un groupe proche de ses fans, ça se fait suffisamment rare pour qu’on l’apprécie.
Seul bémol, les lumières un peu brouillonnes qui, si elles ne gênaient pas le concert, ont gêné des photographes avec qui les musiciens jouaient pour produire des beaux clichés. Et ça, c’est triste.

12593846_1095684690452536_486810919390487109_o

Le Guitariste d’Hacktivist qui se donne à 100% ©LukasGuidet

En résumé, si les premières parties ne m’ont pas plus marqué que ça, on aura vu une tête d’affiche qui sait ce qu’elle fait et le fait bien, et avec le sourire. Pour Hacktivst du coup, chez Granny, on « rapacera ». (Riez s’il vous plaît…)

Maxence Thollet

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén