Granny’s Playlist #5 : Scenderemo Nelle Strade

Si vous pensiez que Sjoehyenar prenait des vacances, il n’en est rien. Encore en 2018 il nous fournira en playlists chamarrées et chatoyantes. Premier épisode de cette nouvelle année chez nos voisins italiens.

2017 ou 2018, rien ne change pour nous et pour cette douce rubrique musicale. Un thème, quelques titres, et une playlist à se trimballer ci et là, au grès des voyages et des périples. Voyage que nous allons faire dans de tristes contrées italiennes, de Forlì à Cagliari en passant par Milan.

Loin de son soleil, de ses plages calabraises et de ses spécialités culinaires à vous faire péter le bide et exploser les reins, nous allons dans cette playlist aborder une composante importante de la musique italienne : sa scène emo/screamo.

Je vous l’accord, dit comme ça, ça ne sonne pas très Granny Smith – certains des membres de ce webzine préférant écouter en boucle du Mastodon plutôt que découvrir le plaisir auditif d’un Daïtro ou Mihai Erdrisch. Soit ; si leur choix est acté, prions pour que le vôtre ne le soit pas. À défaut d’avoir assez de matériels disponibles sur Spotify pour revenir sur la scène française des années 90 et début 2000, je me suis donc tourné vers un autre pays, moins culte, mais tout aussi bon : l’Italie de Raein et La Quiete.

Cependant, outre ces deux noms vitrines de la scène nationale, l’Italie regorge depuis longtemps d’une scène active, en témoigne cette playlist composée essentiellement de titres des années 2010. C’est ainsi qu’entre quelques « vieillesses », de Gerda, tiré de l’album Cosa dico quando non parlo, à La Quiete et leurs albums 2006/2009  et Tenpeun 01.05 (La fine non è la fine n’étant disponible sur Spotify), vous pourrez découvrir quelques groupes actifs ces dernières années comme Øjne, Fine Before You Came ou encore les derniers Shizune et Il Mare Di Ross.

De quoi se plonger dans un bonheur tout relatif, teinté de cris désespérés descendant dans les rues au doux accent italien. Noi non siamo cambiati, noi noi non siamo pentiti, noi perchè noi noi siamo cambiati perchè noi non siamo pentiti!