Granny Awards 2017 : La sélection de Chaff.

Dernier membre à passer sur le grill : Chaff. Voici ses trophées pour cette année 2017. N’hésitez pas à partager les vôtres, qu’on sache un peu vos gouts ! Joyeux Noël.

Album de l’année : Savage Sinusoid – Igorrr

N’en déplaise à mes comparses, Igorrr revient pour mon plus grand plaisir. Et c’est pas trop tôt ! 5 ans qu’on l’attendait avec impatience, et il était au rendez-vous. Toujours accompagné des mêmes gaziers, c’est une triple claque, coup de pied retourné, manchette dans la nuque que nous propose là Igorrr. Toujours aussi barré, toujours aussi bien produit, toujours aussi violent et calme à la fois. Bordel, ça fait plaisir d’entendre enfin quelque chose qui sort du lot.

Chanson de l’année : The Mara Effect Pt. 3 – Spiritbox

« Nom de dieu. »
C’est la réaction que j’ai eu quand j’ai découvert que Courtney LaPlante remontait un projet avec son gazier, presque 3 ans après la dissolution de Iwrestleabearonce. Elle revient avec le projet Spiritbox et un EP éponyme beaucoup plus aérien, avec plus de voix claire et cette putain de chanson « The Mara Effect Pt. 3 ». A écouter d’urgence, projet à suivre de très près.

Concert de l’année : Leprous @ CCO, Villeurbanne

Outch. Top 5 des meilleurs concerts que j’ai jamais vu. Je connaissais très peu de chose à part « From The Flame », « The Price » et la fabuleuse « Contaminate Me », j’y suis presque allé à reculons. Mais cette petite voix me disait « vas-y, tu vas le regretter. ». Bon, qu’il en soit ainsi, je me déleste de 25 balles et j’y vais. Je regrette amèrement en constatant un homme entrer et prendre un violoncelle… Le mec entre, joue du violoncelle, j’aime bien. Les autres entrent, je m’en suis toujours pas remis.

Déception de l’année : Prophets Of Rage – Prophets Of Rage

Je hurle de rire.
A la base, j’avais choisi l’album de Queens Of The Stone Age. J’avais écrit le paragraphe et tout. C’était pas que je détestais l’album, mais disons que c’est ce qui m’a le moins plu. Et puis hier, on m’a rappelé l’existence de Prophets Of Rage. J’ai trouvé cet album tellement nul que je l’avais carrément oublié !
C’est mou, c’est plat, c’est chiant, c’est insignifiant. Instrumentalement c’est RATM en moins bien auquel tu rajoutes deux mecs qui essaient un peu trop d’être Zach De La Rocha.
Ce groupe sent le business à plein nez, et franchement, je crois que c’est ça qui déçoit plus. Faire du business avec une étoile rouge.