Chronique d’une pomme au Hellfest : vendredi

Après un voyage éreintant, on était enfin au Hellfest. Après avoir galéré pour trouver un endroit pour poser nos tentes, on pouvait enfin apprécier les lieux. Et on ne peut qu’être subjugué. Mélange de fête foraine et apocalypse, tout est magnifiquement fait, et tout vous transporte.

Après un court repos, voilà enfin le vendredi, date du début des festivités. Et dès le tout début, j’avais coché Mars Red Sky à 10h30. Malheureusement, le fait d’avoir accompagné mon ami a l’entrée des personnes normales aura eu raison de MRS. A défaut de les voir, je les aurai entendus. Un concert qui avait l’air excellent. Heureusement qu’ils passent à Salles Arbuissonnas le 26 juin. Pour me rattraper, je retourne à la Valley. Les Américains de Caspian et leur post-rock étaient présents.

Et ce fut ma première gifle du festival. Puissant, énergique, énorme. Du gros son, aidé par un public en feu et des lights qui étaient au poil. Plus proche d’un Russian Circles que d’un Mogwai, Caspian est clairement un groupe à voir en live. Je vous le recommande chaudement. Le temps de me remettre et je file à la Warzone, voir Stick to Your Guns.

Et j’aurai du m’abstenir. Du punk Hardcore, basique, sans émotion, sans rien. Une chanson c’est bien, deux c’est déjà trop. Un gout de déception en bouche, je retourne à la Valley, pour Royal Thunder.

J’avais quelques espérances sur ce groupe. Les écoutes d’avant Fest m’avaient convaincu de le cocher. Là encore, grosse erreur. Du hard rock aux côtés sludge et stoner. Sur le papier tentant, dans les faits pas transcendant. La voix féminine m’insupporte, le groupe ne transmet pas de contact avec le public, contrairement à Caspian qui montrait leur joie d’être au Hellfest. Deuxième déception du jour. Heureusement, vient Kadavar.

La fameuse Valley

17h50, les Allemands débarquent et rasent tout en 50 minutes. Un rock extraordinaire, un batteur qui frappe futs et cymbales avec une intensité rare. Toute la Valley à pris une droite immense lors de ce concert. Personne ne s’attendait à une telle performance, toutes les personnes ont été conquises, moi le premier. L’occasion de vous dire que ce groupe passe a l’Ayers Rock Boat ce mardi 24 juin avec les Socks. Et je vous conseille fortement de vous dépêcher pour prendre votre place. Le show risque d’être énormissime.

Le batteur de Kadavar en Action

Vient Rob Zombie, avec l’insigne honneur de jouer avant Maiden. Leader charismatique, Rob a encore montré qu’il sait jouer avec la foule. Entre tapes au public et mots au public, on sent l’expérience du gars. Avec lui, un groupe plus en retrait, mais terriblement efficace. On notera un passage I Feel Good pendant le solo de batterie, et une reprise de School’s Out d’Alice Cooper. Ceux tout devant étaient conquis, ceux un peu en retrait pouvait bénéficier des écrans géants, et de chars ou on pouvait admirer des filles dénudées, danser sur la musique de ce bon vieux Rob. Rien à voir avec le show, mais en tant qu’Homme, on ne pouvait qu’apprécier. Mission accomplie pour Rob Zombie. Le public est chaud, nombreux, prêt à en découdre avec la bête qu’est Maiden.

Il y’a tellement à dire sur la performance de Maiden. Public énorme, show extraordinaire, backline de porc, présence de statues et autres robots. Iron Maiden c’est le meilleur groupe du monde en live. Bruce Dickinson mérite à lui seul le prix du pass 1 jour. Quelle présence et quelle énergie.
On le croirait sous cocaïne tellement il court de partout. Une voix intacte après les années, un spectacle extraordinaire, les musiciens au top, la pyrotechnie était présente.

Dickinson qui parlait Français au public de Clisson, de quoi le mettre dans sa poche d’entrée de jeu. Au fil du concert, il informait les fans du score du match de l’équipe de France de football. Le groupe étant fan de ce sport, le mélange semblait logique. Le public étant forcément comblé, vu que le résultat était favorable aux Français. Moment magique, lors de l’avant dernière chanson, Bruce arrête le concert et laisse le public crier un moment, avant de le séparer en deux :
« Les gauchers, (ndlr, ceux à sa gauche), vous serez la France, les droitiers, dommage, vous serez la Suisse. Quand je crie France, les gauchers vous criez 5, quand je crie Suisse, les droitiers vous criez 0 »
Bien évidemment, le public se prend au jeu, tout le monde est ravi, le show peut se terminer.
Public de Maiden
Tous les tubes ont été joués. Fear Of The Dark au moment ou le soleil se couche, The Number of The Beast, The Trooper etc. Seul Powerslave manquait à l’appel, mais on s’en fout.
Enfin, Bruce ne peut pas faire un concert sans déclamer sa catchphrase célèbre : « Scream for me Clisson/Hellfest ». Un show parfait du début à la fin.

Bruce

Pour terminer cette soirée, il me restait Electric Wizard, à la Valley encore. Dans leur style doom, ils ne m’ont pas conquis, alors que j’en attendais beaucoup. Il faut noter que le bloc, intro + première chanson a duré 14 minutes. J’ai tenu 3 chansons avant de sombrer de sommeil et de fatigue. Le groupe ne m’ayant pas convaincu, je retourne à ma tente, le crane plein de magie. J’ai voulu voir Maiden, j’ai vu Maiden et je peux mourir heureux.

Hellfest day 1 :: Check.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *