Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

Deafheaven – Infinite Granite : Douce mélancolie

Deafheaven fait probablement partie des groupes les plus clivants de la scène Rock/Metal actuelle, et ce depuis l’album qui les a mis sous les projecteurs : Sunbather sorti en 2013. Les californiens ont débarqué avec un disque qui comporte un mélange improbable de Black Metal, de Shoegaze, de Post Rock et de Dream Pop. L’album aura l’effet d’une bombe. Comment pouvait-on oser mélanger des styles en tous point opposés ? Certains y verront un coup de génie, d’autres une hérésie totale.

Les années passant, Deafheaven ne cessera de développer sa musique au travers des albums suivants : New Bermuda sortira en 2015, plus sombre et plus menaçant que son prédécesseur, tandis que son successeur, Ordinary Corrupt Human Love sorti en 2018 exploite plutôt le côté mélodieux et Dream Pop. S’en suivra un single indépendant du nom de Black Brick en 2019 complètement Black Metal.

Cet historique nous laisse légitimement songeur à l’idée de la direction qu’allait prendre le groupe après cette cuvée 2019. La sortie du single Great Mass Of Color le 9 Juin 2021 nous donnera une réponse à ce dilemme : plus mélodieux, Post Rock et Shoegaze, le groupe n’avait jamais paru aussi intimiste, aussi à nu et en particulier le chanteur : George Clarke. Nous avions déjà eu l’occasion d’entendre son chant clair sur le morceau Near du disque précédent, mais jamais il ne prenait le dessus sur le chant screamé des débuts.

Ce premier extrait est une sorte de voyage onirique, couplé à une montée en puissance qui nous mènera vers une fin Blackgaze et le retour des cris du chanteur. Il annonce en même temps la sortie d’un nouvel album pour le 27 Août : Infinite Granite.

Dès l’intro, ce nouvel opus nous fait plonger dans son univers avec Shellstar. Une douce entrée en matière qui vient donner la couleur de l’album : un morceau teinté de Dream Pop, avec une légère ligne de basse soyeuse et des fines mélodies de guitares qui viennent vous envoûter. Les amateurs de ce genre d’ambiance se retrouveront conquis tandis que les réfractaires au groupe (s’il en reste à ce stade de la discographie) abandonneront définitivement.

En effet, cette patte onirique et enivrante se retrouvera sur tout le disque, en particulier sur Villain, Lament For Wasps ou encore le magnifique In Blur qui, après plusieurs écoutes, se révèle être l’un des plus grands moment du disque grâce à sa légèreté et son ambiance onirique à souhait.

Les aspects Black, bien que moins marqués par rapport aux précédentes sorties, s’invitent encore par moment. George Clarke a beau s’être mis complètement à nu niveau performance vocale, cela ne l’empêche pas de venir nous crier dans les oreilles sur la fin de A Great Mass Of Color ou de Villain, où les trémolos de guitares et les envolées Blackgaze se feront bien présentes.

L’apogée de Infinite Granite réside au cœur du dernier titre intitulé Mombasa. On y retrouve tous les ingrédients cités précédemment, mais poussés à leur paroxysme. Une douce entrée en matière avec cette guitare acoustique (chose nouvelle pour du Deafheaven), un chant qui nous murmure à l’oreille, un long build-up pour au final exploser vers les 5 minutes dans un torrent Blackgaze comme ils savent si bien le faire. Une fin parfaite.

Malgré ses qualités intrinsèques, le disque n’est clairement pas exempt de défauts. L’interlude Neptune Raining Diamonds ne vient pas apporter grand-chose à part un léger moment de mou entre Great Mass Of Color et Lament For Wasps. On y retrouve aussi Other Language qui est un morceau très agréable et ayant une parfaite place dans l’album, mais qui restera moins mémorable et en deçà du reste de ce qui est proposé tout au long de l’album. Il reprend la recette des autres titres mais sans atteindre la maestria de certains autres.

Infinite Granite n’est peut-être pas le meilleur album du quatuor, mais il regorge d’excellents morceaux et de très bonnes idées. Ce nouvel album des californiens fait très clairement partie des grands moments musicaux de l’année 2021. Je ne cesse de l’écouter depuis sa sortie et sans m’en lasser une seule seconde, devenant meilleur à chaque écoute.

Deafheaven a définitivement pris son envol du côté de la vague Shoegaze et de la Dream Pop, ce qui donne encore plus de grains à moudre auprès des détracteurs du groupe. D’un autre côté, nous ne pouvons que saluer leur évolution discographique, qui ne cessera de surprendre les fans. Infinite Granite marque une pierre angulaire dans leur musique, à voir ce que nous réserve leur avenir.

Poster un Commentaire

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén