Music Monday #137 : Ghost – Hunter’s Moon

Deux années, c’est le temps qu’il aura fallu patiemment attendre pour enfin revoir les suédois de Ghost revenir avec de nouvelles compositions. Après la courte excursion dans le Rock Psychédélique des années 70’s effectuée sur l’EP deux titres Seven Inches of Satanic Panic, la bande menant le clergé est de retour. Seule nuance à apporter, aucun nouvel album en vue pour le moment, mais bien la première incursion du groupe en terres hollywoodiennes avec le single ‘Hunter’s Moon’, piste faisant partie de la bande-originale du prochain épisode du projet de relance de la saga cinématographique Halloween.

Cela peut paraître comme une surprise. Voir quelqu’un d’autre que John Carpenter se faufiler dans les projets musicaux liés à cette nouvelle franchise Halloween, lui qui, avec ses deux compères, Cody Carpenter, son fils, et Daniel Davies, son neveu, avaient déjà signé la bande son du premier chapitre. La genèse de cette collaboration remonte à plusieurs années, au 16 novembre 2018 précisément lorsque Ryan Turek et Tobias Forge se sont rencontrés ce soir d’automne à l’issue d’un concert, une nouvelle fois complet, au forum de Los Angeles.

En vérité, lors de cet entretien informel, le vice-président du développement des longs-métrages produits par la société Blumhouse (notamment à l’origine de films comme Get Out ou encore Insidious) n’avait aucune arrière-pensée en tête.

Seulement, l’alchimie entre les deux hommes étant tellement forte que ces derniers ont développés une relation, tant amicale que professionnelle, forte. Cette dernière aboutira à une visite du plateau de tournage du long-métrage Halloween Kills, réalisé par David Gordon et qui sera diffusé dans les salles obscures le 20 octobre 2021. Cette observation finira par aboutir sur une envie de collaboration, qui va mener à ce single, sujet d’aujourd’hui. À vrai dire, ce n’est pas étonnant de voir Ghost être impliqué dans un tel projet. On le sent depuis les débuts du groupe, l’influence du cinéma d’horreur vintage (dont fait maintenant partie la saga Halloween, et plus particulièrement le premier, véritable classique du genre) est palpable dans l’identité graphique du projet.

On peut notamment se servir de la pochette de If You Have Ghost qui reprend la pose iconique du film Nosferatu : Le Vampire de 1922, véritable exemple de cinéma muet chapeauté par Friedrich Wilhelm Murnau, tout en conservant l’identité visuelle propre à Ghost. Cette empreinte, elle était aussi plus abstraitement perceptible dans la musique du groupe suédois, avec l’appétence qu’il a à composer des morceaux aux ambiances lourdes, aux arrangements lourds. Pouvant dès raccompagner lors les accompagnements mélodiques de certains films d’épouvantes.

De plus, le fait de voir une formation déjà connue du grand public collaborer durant le processus d’élaboration d’une bande originale, que ce soit pour une seule piste, ou alors juste pour un morceau. L’exemple très parlant est celui de Toto, qui a, en 1984, réalisé entièrement la musique de l’adaptation (plus ou moins boudée par les fans) de David Lynch du mythique roman de Frank Herbert qui ces dernières semaines connaît un regain de popularité, principalement grâce à la sortie de l’arrangement du cinéaste québécois Denis Villeneuve.

Musicalement parlant, ‘Hunter’s Room’ reste plus ou moins fidèle à la recette qui fait tout le sel et le génie des suédois. Une base Métal, très simple et droite, mais terriblement catchy et efficace, survolée par la voix cristalline, toute en maîtrise de Tobias Forge qui offre comme à a son habitude une excellente prestation vocale. Ce côté Heavy Métal est accouplé à des influences Pop et plus particulièrement à une appétence toute particulière avec la musique d’ABBA, influence notable depuis les débuts de Ghost et qui tend à s’accentuer depuis quelques sorties.

Cela-dit, on est toujours loin du Doom sombre et lancinant d’Infestissumam ou de Meliora, et il est fort probable que l’on ne revoit plus cette facette du groupuscule qui l’a pourtant révélé aux yeux du monde entier. Le tempo est ici plus rapide, avec une basse plus entraînante et un piano endiablé qui tend à paradoxalement amener ce single vers une véritable fabrique à animation de piste de danse. Paradoxe car rappelons tout de même que cette piste est l’une de celles qui figurera dans le prochain film Halloween.

Malgré cette influence Pop désormais usuellement très prononcée, on retrouve notamment un pont assez lourd et placé dans les graves pouvant éventuellement rappeler cette période à certains fans nostalgiques. L’aspect radiophonique est très présent, étant même omniprésent, le morceau ne durant ‘que’ 3 minutes 16, représente alors un potentiel magnifique outil de promotion pour un film et une groupe qui pourrait en avoir besoin. Il est bon de rappeler que le clergé du Papa Emeritus IV est sensé travailler sur un nouvel album qui devrait vraisemblablement pointer le bout de son nez à la fin de cette année. Une nouvelle fois, Ghost parvient à taper juste, exactement là ou il faut et de manière assez marquante et intrigante pour qu’on y revienne insatiablement. Malgré une recette désormais bien connue, le groupe semble tellement la maîtriser à la perfection que cette dernière ne semble ne pas pouvoir arriver à expiration, tant elle ne lasse pas et arrive toujours à être captivante.

Alors oui, au travers de ‘Hunter’s Moon’, la bande à Tobias Forge ne révolutionne pas son art, très loin de là même. À vrai dire, ce single sent même le Ghost à cent kilomètres à la ronde. Mais il réside toujours dans la musique de ce groupe quelque chose d’envoûtant, d’attractif, une sensation presque divine. Un sentiment de se retrouver dans des chansons qui, malgré l’usure des années de bons et très loyaux services, on prend plaisir à redécouvre toujours et encore. Il ne reste désormais plus qu’à être patient et à attendre de voir comment cette piste sera t-elle intégrée à une intrigue semblant rentrer en contradiction avec l’aspect musical ici proposé, mais ce qui peut être sûr, c’est qu’en proposant un tel travail, Papa Emeritus IV ainsi que ses disciples soignent leur retour comme très peu ont la capacité de le faire.