Music Monday #134 : Animals as Leaders – Monomyth

Presque cinq années après The Madness of Many, ça y est, Animals as Leaders est enfin de retour dans nos casques avec de nouveaux morceaux. À vrai dire, pour le moment, seulement une piste nous a été présentée, mais s’avère être le premier single d’un futur album, dont la date de sortie n’a pas encore été révélée. À l’occasion du 134e rendez-vous hebdomadaire des Music Monday, penchons-nous sur “Monomyth”, où le réveil du trio mené par Tosin Abasi.

L’absence du groupe dans les bacs s’explique par plusieurs raisons. Premièrement, Animals as Leaders est, et a toujours été une entité presque constamment en train de tourner lorsqu’ils ne sont pas en studio. De plus, Tosin Abasi, le leader de ce projet, s’est lancé depuis maintenant plusieurs mois dans la création et la gestion d’une entreprise créant des guitares sur mesure, sobrement nommée Abasi. Entre ça, et les projets annexes de chacun des membres, les originaires de Washington avaient du pain sur la planche. Puis c’est sans compter la complexité sans précédent de leur musique, qui nécessite par extension une minutie et un temps à ne pas négliger. En effet, une pièce comme The Joy of Motion ou The Madness of Many ne s’échafaude pas en quelques jours. Cela demande énormément de patience, de savoir-faire et de maturation afin d’aboutir à un ensemble de pistes homogènes.

Pour ce qui est de “Monomyth”, la complexité, tant mélodique que rythmique, est bel et bien au rendez-vous. Le riff principal du morceau est basé sur une section saccadée portée par un son de guitare très lourd, toujours joué avec la fameuse technique du Palm-Mute, incontournable du mouvement Djent. Des triplettes jouées à l’unisson, sur une métrique en 4/4, mais qui a le don de créer un véritable effet de complexité tant ces derniers sont réguliers, avec un son de grosse caisse profond qui ensemble, créent un effet de pression et d’écrasement extrêmement intense. Dans cette mouvance et cette volonté, on reconnaît aisément l’influence stylistique de Meshuggah, avec cependant un rythme plus accéléré que les maîtres suédois des musiques techniques.

Nonobstant, cet effet de lourdeur n’est pas constant et ne prédomine absolument pas le morceau. “Monomyth” est une pièce divisée en plusieurs actes, comme une symphonie de musique classique et qui offre une certaine nuance accompagnée d’une grande fluidité. Animals as Leaders alterne ici entre moments de contraction sévère et de légèreté atmosphérique et mélodique créant un véritable effet de cassure au sein du morceau. On retrouve notamment un solo que l’on devine aisément comme étant grandement inspiré par un certain John Petrucci, dont Tosin Abasi est très fan et avec qui il est maintenant proche.

En vérité, le cahier des charges du groupe est rempli, à une seule exception : l’influence perceptible du monde du Jazz. Les précédentes sorties d’Animals as Leaders étaient chargées de sonorités provenant directement de ce monde-là, avec l’utilisation de certaines gammes propres à ce dernier ou encore grâce aux arrangements entrepris. En vérité, ces auspices ont même complètement disparu, pouvant possiblement attrister certains fans, friands de cette facette. 

Même si aucune date n’a été annoncée par le groupe, Animals as Leaders nous donne déjà rendez-vous pour son quatrième disque. Soulevant alors de multiples questions, avec en tête de liste celle qui concerne la direction artistique. Ce qui est sûr, c’est que le trio n’a pas perdu de sa splendeur et de tout son panache lorsqu’il s’agit d’accoucher de pièces à la fois d’une très grande complexité, mais aussi mélodique et harmonieux.