Music Monday #113 : DVNE – SÍ-XIV

L’Ecosse n’est pas une Terre qui est forcément très mise en avant au niveau musical, à quelques exceptions près, évidemment. Comme les choses sont bien faites, on va se pencher sur une d’entres elles. Mais alors là, on tape dans du très lourd.

Dvne, à prononcer comme le livre de Frank Herbert, est une formation nous venant de la capitale Ecossaise et formé en 2013. C’est sur une base de quartette qu’ils nous sortent Asheran, leur premier album en 2017 après deux Ep auparavant. Un disque qui va attirer l’oeil et les oreilles d’un bon nombre de personne tant il marque par une production léchée et des compositions puissantes et profondes.

Leur première inspiration musicale est Mastodon et cela s’entend assez distinctivement. Mais loin d’être une simple copie, Dvne réussit à mêler le prog du quatuor d’Atlanta avec leurs Sludge des débuts tout en parlant d’heroic fantasy Tolkiennien. Un mélange sucré qui a fait des Ecossais une valeur montante dans la scène progressive mondiale.

Une réussite d’estime qui a tapé dans l’oeil du label Metal Blade au point de les faire signer pour leur successeur. Après 4 ans d’attente, seulement comblée par un EP 2 titres, il est enfin annoncé : Etemen Ænka
Prévu pour débarquer dans nos oreilles le 19 mars prochain, l’album s’est doté d’un single pour teaser le tout ainsi que d’un clip.

On comprends dès les premières secondes que Dvne a muté passant de quatuor à quintette avec l’arrivée de Richard Matheson aux claviers. Une idée bienvenue qui ajoute de la couleur au son du groupe. Après une intro très Between The Buried And Me, on retrouve ce qui fait la force des Ecossais. Des gros riffs, un chant screamé puissant et une voix claire redoutable. Le tout saupoudré d’une petite touche de Mastodon toujours bien sentie.

6 minutes et 22 secondes d’un metal prog qui fait du bien en ce début d’année. Et surtout, ça réussit parfaitement son travail de nous hyper pour l’album qui arrive en mars prochain. C’est même peut être trop réussi tant ce titre tourne en boucle depuis sa sortie. Long live the Kwisatz Haderach.