Music Monday #106 : A Day To Remember – Brick Wall

C’est peu dire qu’ils se sont fait attendre. Initialement annoncé pour le 15 novembre 2019, le septième album d’A Day To Remember, You’re Welcome, sortira finalement le 5 mars prochain. Pour fêter cette annonce tant attendue par les fans, le quintet d’Ocala a sorti « Brick Wall », le quatrième extrait de la galette. Alors accrochez vos ceintures, parce qu’on fonce droit dans le mur.

L’essence même d’A Day To Remember, c’est la capacité du groupe à mélanger les genres, à la fois au sein d’un même album, mais aussi au cœur d’une même chanson. Pop punk, metalcore, post-hardcore, rock alternatif… les Floridiens ont pris l’habitude d’explorer divers univers. En juin 2019, le groupe a même collaboré avec Marshmello sur le titre « Rescue Me ». Un featuring qui a posé les bases du retour d’ADTR, trois ans après Bad Vibrations, sans doute l’album le plus riche en breakdowns jamais proposé par Jeremy McKinnon et ses copains. Août 2019, arrive « Degenerates », premier extrait et là… douche froide ? Auparavant indépendant, suite à un long combat avec Victory Records, on apprend qu’A Day To Remember est désormais signé chez Fueled By Ramen. Le premier single laisse les fans très incertains, tant le titre est radio friendly et clairement pop, même selon les standards du groupe. Heureusement, « Resentment », sorti en novembre 2019, rassure tout le monde : You’re Welcome sera bel et bien un album estampillé ADTR, avec de bons vieux grands écarts de genre entre deux chansons. Un grand écart parfaitement illustré par « Mindreader », dévoilé en avril, qui se place immédiatement très haut dans la liste des titres les plus catchy jamais composé par le quintet d’Ocala.

Et maintenant, nous voilà avec « Brick Wall », qui sera le titre introductif de You’re Welcome, le 5 mars prochain. D’une façon incompréhensible, c’est à la fois le titre le plus ADTR et le titre le moins ADTR qu’on puisse imaginer. Le plus, car on retrouve le mélange des styles, de la batterie très punk à la Rise Against au breakdown final, typique des Floridiens, en passant par le très catchy « No escape, no future, no luck lost on a loser ». Le moins, car on y trouve des chemins que le quintet n’a que très peu, voire jamais exploré. Un soupçon de prog, pas de refrain à proprement parler, des changements de rythmes brutaux et un final très lourd. Comme si, en sa qualité de première piste de l’album, « Brick Wall » brisait en effet un mur, ouvrant l’esprit de l’auditeur et le préparant à ce qui l’attend tout au long des treize pistes qui suivront. Avec des titres fondamentalement différents comme l’ont été « Degenerates », « Resentment » et « Mindreader », peut-être qu’il est en effet de bon ton de bien se préparer pour le voyage.

En résumé, « Brick Wall » est un titre déroutant pour les fans de la première heure. Mais en aucun cas ce n’est un mauvais titre. Le « saddle up boys, we’re headed for the brick wall » suivi d’un riff lent, lourd et gras fera un malheur dans les pits (lorsque ceux-ci seront de nouveau accessibles). Mais même après plusieurs écoutes, on reste sur cette impression d’avoir écouté un mash-up de trois ou quatre chansons, digne des plus belles expériences du Docteur Frankenstein. C’est à la fois déroutant et efficace, catchy et gras, lent et rapide, au cœur d’une piste de 3’30 ». De quoi brouiller les pistes sur ce que sera réellement You’re Welcome. En tout cas, la galette sera parmi les plus attendues de 2021.