Granny Awards 2017 : La sélection de Sjoehyenar

Deuxième jour de nos awards avec la sélection de Sjoehyenar, le dernier venu de l’écurie Granny Smith. Il fait de très bonnes playlists mais au fond, on ne sait pas trop ce qu’il aime. Voici la réponse à vos interrogations.

Album de l’année : Converge – The Dusk in Us

Amenra, Orthodox, LeftBehind, END, Wear YourWounds, Iron Chic, Violet Cold, Shizune, Heaven In Her Arms Chaviré ou encore Full of Hell sont les quelques groupes certifiés Granny Smith qui auraient pu se trouver érigés à la première place de mon semblant de classement – surtout pour le premier nommé et son somptueux Mass VI. Oui, mais voilà, la bande à Jacob a décidé de sortir une nouvelle galette et, groupie que je suis, la voilà désignée en album de l’année.
Qu’on se le dise, Converge se trouve être l’un des groupes les plus importants pour moi dans ma culture personnelle et plus globalement dans mon évolution musicale et personnelle. Ce cher Jacob Bannon a, sans le savoir, eu une influence sur beaucoup de choses et voilà que ses nouvelles productions, que ce soit tout le concept derrière Wear Your Wounds ou ce The Dusk in Us, ne dérogent pas à la règle. Et comme souvent, Converge évolue, grandit, se réinvente, crachant une nouvelle fois sa sensibilité et sa rage au travers les cordes vocales de Jacob Bannon, le tout parfaitement mis en œuvre par la production parfaite de Kurt Ballou – un euphémisme, me direz-vous.
Avec The Dusk in Us, Converge continue de naviguer vers de nouvelles terres, nous laissant apprécier des sonorités post-rockiennes et des passages en chant clair maitrisés. S’aventurer dans The Dusk in Us prend du temps, un voyage solitaire remplie d’humanité et de touches d’espoir. Une œuvre majeure de l’année 2017 qui ne demande qu’à être explorée.

Chanson de l’année : Amenra – Plus près de toi

« The Dusk in Us », titre éponyme du nouveau Converge, ou « Plus près de toi », signé Amenra, il fallait faire un choix. Un choix qui se tourne finalement vers la production des Belges qui le méritent bien tant leur dernier album est une pluie oppressive baignée de sentiments et de fragilité. Si Mass VI peut bousculer les habitués du groupe, lui donner le temps de s’en saisir nous emmène loin. Très loin.

Concert de l’année : KLUNK @ PeñaFestayre, Paris

Mai 2017, sac sur le dos, me voilà parti vers Paris dans le seul but de me farcir une soirée placée sous le signe des crânes rasés et des bretelles à la Mécanique Ondulatoire en compagnie de Victory, Outreau et Bromure – qui, pour l’occasion, faisait sa realease party de son 45 tours. Si la soirée n’est pas mauvaise, surtout grâce au dernier cité, c’est finalement le lendemain, un peu par hasard, que cette expédition dans la capitale va devenir savoureuse. Au programme, un concert de KLUNK, groupe de « Punk-Metal Yiddish », reprenant des morceaux traditionnels juifs d’Europe de l’Est, avec un intérêt particulier pour les chansons révolutionnaires, le tout devant une foule de 5 personnes dans un restaurant espagnol de la capitale. Un grand moment.

Déception de l’année : Stupeflip – Stup Virus

Non, vraiment, si vous devez découvrir le Stup, faites-le avec The Hypnoflip Invasion.