Enter Shikari & Oakman @ CCO – 26/06/19 : Le super moite-moite.

En pleine canicule, quelle meilleure idée que de rejoindre plein de gens dans une petite salle lyonnaise pour profiter d’un concert de post hardcore ?

En préambule, laissez moi remercier chaleureusement Anaïs de One Standing pour ses photos ainsi que Mediatone pour ce concert formidable. Car oui, spoiler, c’était vachement bien.

Oakman

Voir un groupe Lyonnais ouvrir pour un groupe tel qu’Enter Shikari fait énormément plaisir. On voit le chemin parcouru depuis la finale du TNT Festival en 2016. Le trio s’est fait plaisir malgré la chaleur extrême régnant déjà au CCO et le public a répondu présent.

On a même pu apercevoir des fans de la première heure, n’hésitant pas à reprendre les paroles pour soutenir Marine. Et non, on ne parle pas des supporters de l’Olympique Lyonnais, calmez vous. Seul petit bémol, une frange du public qui n’hésite pas à discuter pendant les morceaux comme s’ils étaient à la terrasse d’un café. Donc petite leçon pour tout le monde. Si tu veux discuter avec ton voisin, SOIS DISCRET LA CON DE TA RACE. Pardon, mais cette tendance du public Français à parler pendant les morceaux comme s’ils étaient dans leur salon m’irrite au plus haut point. Respecte les groupes qui jouent. Et au pire, si ça ne te plait pas, tu vas dehors.

Musicalement on oscille entre du pop punk traditionnel et du rock avec une influence notable : Paramore. Mais pas de plagiat ni de copie. Oakman a son propre univers et le développe très bien à travers sa setlist. Une belle entrée en matière avant la tête d’affiche.

Enter Shikari

Dans la fournaise du CCO, le quatuor Anglais était attendu et déjà, on se doit de se poser une question. Qu’est-ce qui s’est passé pour que Shikari passe de la grande salle du Transbordeur au CCO ? Surtout que pour leur show au Transbo, qui était pour soutenir The Mindsweep, le public était venu très nombreux. Faut-il y voir une conséquence de leur dernier album ? Y’a-t-il d’autres facteurs ?

Toujours est-il que j’attendais impatiemment ce concert pour voir ce que valait le groupe après la sortie de The Spark qui m’avait clairement déçu. Force est de constater que rien n’a changé. Enter Shikari reste une valeur sure sur scène, notamment son leader Rou Reynolds, qui ne compte pas ses efforts pour bouger et faire bouger les gens.

Une chose notable, la setlist est construite de manière très intelligente, avec des chansons plus calmes à des moments clés pour permettre à tout le monde de souffler avant de repartir dans le chaos le plus total. Le show provoqua un beau bordel dans la fosse avec de nombreux pogos à la minute. Fallait avoir le cardio pour tenir le rythme.

L’apothéose viendra sur « Live Outside« , véritable tube à hurler à plein poumons. L’ai-je fait ? Oui, sans aucune honte. Pourtant je considère ce morceau comme risible en studio. Mais l’énergie du live et l’ambiance crée fait qu’on se laisse aller et qu’on a envie de participer à cette débauche commune. Et ça fait le plus grand bien. Terminer son live par ce titre est une réussite totale.

Enter Shikari n’a rien à craindre. Leur réputation de bêtes de scène est méritée et on ne peut que vous recommander de foncer les voir en live. Même les morceaux du dernier album passent très bien. Carton plein pour les Anglais.