Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

Earthless/Maida Vale/Witchfinder @ CCO 12/05/22 – Cou brisé, soirée gagnée !

Un live-report sur les colonnes du site, voilà quelque chose qui était devenu denrée rare. Il faut dire que la situation sanitaire n’a pas spécialement aidé à ce qu’on bouge nos popotins dans des salles. Mais là, quand même, on ne pouvait rester de marbre devant cette affiche.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, on va causer vous et moi. D’abord, pour dire merci à Mediatone d’avoir maintenu cette date et de nous avoir permis de voir trois formations talentueuses au CCO. Ensuite, parlons des gens.
J’espère que vous aviez de bonnes raisons de ne pas venir voir cette date et surtout, j’espère que l’on ne vous verra pas vous plaindre de la fermeture des petites salles et des concerts annulés faute de place vendues.

Car oui, à mon grand regret, l’affluence ne fut pas celle des grands soirs. Et putain (excusez le langage) qu’est-ce qu’il vous faut ? Une salle locale, un prix abordable, trois groupes, une orga Lyonnaise, de la qualité, de la bonne ambiance, un son soigné. Ce genre de soirées sont à chérir tant on était les premiers à les pleurer pendant le plus dur de la crise Covid. Maintenant qu’elles sont de retour, c’est un crève cœur de voir que les gens ne se déplacent pas pour montrer leur soutien.

Et puis, petite dernière chose, quand vous venez voir un concert, soyez discrets. Par exemple, si vous souhaitez converser avec votre voisin, pas de soucis, petit chuchotement, ça dérange personne, on est bien. Mais si vous décidez de gueuler comme des veaux quand les musiciens veulent créer des ambiances, alors filez dehors et ne saoulez pas les gens qui souhaitent profiter de la musique.

Maintenant que tout ceci est posé, on va rentrer dans le vif du sujet :

Witchfinder

En presque régionaux de l’étape, les Clermontois ont eu la lourde tache d’enflammer les quelques personnes déjà présentes à l’ouverture. Sans leur claviériste, le quatuor redevenu trio s’est attelé à jouer des titres de leur second album, l’excellent Hazy Rites. Un son tranchant, des riffs qui vous donnent envie de décocher votre nuque, le doom de Witchfinder est d’une efficacité totale et on a bien hâte de voir la suite pour eux. On a appris d’ailleurs qu’ils seraient en première partie d’Elder à Clermont en juin et ça nous donne grave envie d’aller voir tout ce petit monde. Une belle réussite pour attaquer la soirée.

Maida Vale

L’histoire entre Maida Vale et moi est quelque peu tourmentée. Ce n’est pas la première fois que je me retrouvais devant ce quatuor Suédois, et j’espérais ne pas ressentir la même chose qu’auparavant : loupé. Entendons nous bien, la musique est de qualité, le son est bon, leur rock psyché est très bien foutu. Il manque juste ce petit quelque chose qui transforme ce groupe en incontournable. L’idée n’est pas ici de dire que c’était mauvais, loin de là. D’ailleurs, c’est à ce moment de la soirée que la salle semblait la plus remplie. Juste à titre personnel, il me manque un truc pour pleinement être emballé. J’aurai ré-essayé, désolé Maida Vale.

Earthless

Il n’est pas rare que sur ce site, le talent d’Isaiah Mitchell fut mis en avant. Il faut dire que le guitariste d’Earthless est une machine qui mérite encore plus de louanges quand on a la chance de le voir performer son art devant nous. Cependant, Mitchell ne pourrait pas être aussi virtuose sans un support d’une qualité exceptionnelle. Mike Eginton fait vrombir sa basse dans son coin avec une précision chirurgicale tandis qu’à la batterie, Mario Rubalcaba éblouit l’audience de ses roulements fantastiques. Mention spéciale au son de batterie qui fut d’une brillance monumentale, rendant le tout encore plus fort et prenant.

Jouant l’intégralité de son dernier album, Night Parade Of One Hundred Demons, Earthless s’est fait plaisir, sans pour autant aller au bout de sa setlist. Les deux groupes passés avant ayant un peu débordés, le rappel dut passer à la trappe et c’est avec une petite déception que l’on sort de ce concert. En revanche, je vous en conjure : si vous aimez le Rock, prenez vos billets pour Earthless. La démonstration est immanquable et l’énergie qui se dégage est communicative. Un trio qui mérite votre attention car le voyage qu’il propose est réjouissant du début à la fin.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén