Ghost – Meliora

Actuellement, il est monnaie courante de se demander si un groupe actuel réussira à laisser une trace dans l’histoire de la musique, comme l’ont fait tant de groupes dans les décennies précédentes. Avec Infestissumam, Ghost avait déjà réussi à s’implanter dans une scène métal pourtant dense. Mais avec Meliora, les Suédois vont laisser une trace indélébile dans le paysage musical mondial.

Ghost, c’est un chanteur, Papa Emeritus, qui « change » à chaque album. Car si, dans les faits, nous en sommes au Papa Emeritus III avec Meliora, troisième album du groupe, en vérité, il s’agit d’un seul et unique chanteur depuis le début (avec de grosses rumeurs sur son identité). Avec le Papa il y’a 5 Nameless Ghouls. Tout ce petit monde joue masqué, ou peinturluré pour le chanteur. Et c’est ce mystère, et tout ce qui est fait pour le cultiver, qui plait ou qui déplait.

La musique de Ghost est teintée d’allusions religieuses, en adéquation avec leurs costumes et leurs personnages. Dans Meliora, ceci se confirme avec l’interlude « Devil Church » jouée à l’orgue, ou encore le final de l’album sur « Deus In Absentia » qui se compose d’un chant lyrique. On retrouve aussi de nombreuses voix notamment sur la fin de « Majesty » qui confèrent aux chansons un côté divin et sacré ou encore les présences de latin, langue de la religion catholique.

Maintenant, où classer Ghost? Métal, hard rock, Heavy Métal, doom, rock, stoner? En vérité, les Suédois ne peuvent pas être classé dans un seul style de musique, tant leurs influences sont nombreuses. « Mummy Dust » et son solo peut faire penser à du Dream Theater dans la sonorité, « He Is » est une ballade comme les grands groupes Metal ont pu faire, « Cirice » emprunte quelques bonnes idées à Black Sabbath. Ou bien encore avec la présence sur plusieurs chansons, d’un clavier à la sonorité proche d’un orgue, pour continuer dans les 70’s et aussi dans le côté religieux. Sur « Majesty » ou « From The Pinnacle To The Pit » on retrouve un son assez lourd, notamment du côté de la basse,  qui contraste avec la « légèreté » de « Absolution » et son refrain plus aérien. L’album possède une richesse qui rend chaque écoute plus intéressante que la précédente.

Infestissumam est un excellent album, qui a propulsé le groupe vers les sommets, et que je vous conseille d’écouter si ce n’est pas encore fait. S’il est difficile de confirmer, il est encore plus difficile de surpasser. Avec Meliora, Ghost frappe un grand coup dans la scène métal en s’affirmant comme un candidat au titre d’album de l’année, voire plus. De la pochette aux costumes, tout est travaillé et même retravaillé pour donner un résultat final incroyablement bon.

S’il y’a un album à sauver de cette année, c’est celui-ci sans hésiter. Et en plus de vous recommander activement de l’avoir dans votre discographie, je vous encourage à prendre vos places pour voir les Suédois en action de vos propres yeux. Et comme tout se goupille bien, Ghost sera au Radiant le 24 novembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *