Ghost : « Le truc le plus important, c’est de ne pas rester bloqués, de ne pas se répéter : on aurait aucun interêt à refaire la même chose. »

À l’occasion de leur concert à la Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand) le 2 décembre dernier, nous avons eu l’occasion d’interviewer une Goule sans nom pour discuter anonymat,  musique et tatouages.

Franchement, c’est pas trop dur de tout faire pour ne pas être reconnu et identifiable ?
Bah, en fait, c’est pas si dur ! Je ne veux pas me balader H24 avec mon masque non plus, et tu me vois, là ! Et même en faisant attention, tôt ou tard on sera reconnus.

Tu n’as pas peur que le mythe autour de Ghost en prenne un coup, le jour où on connaitra vos identités ?
Ca peut peut-être casser un peu le mythe, mais beaucoup de gens nous ont vus, rencontrés,
ils savent à quoi on ressemble, ils connaissent même nos vrais noms !

On a vu les mains du guitariste à Lyon, et il a les mêmes tatouages sur les mains que Jesse Hugues… c’est un hommage ?
Putain, j’en ai pas la moindre idée, faut que je pense à lui demander ! (rires) Mais en tout cas, c’est pas lui.

55052e_df4a512a9a404f2aaf10edc0550a35f7

 

Au départ, quand vous avez tous décidé d’utiliser ce dresscode, avec les tenues, le maquillage, le fait d’être vu comme des clowns ne vous a pas découragé ? C’était pas un peu risqué de permettre aux gens de vous identifier avec votre look plutôt qu’avec votre musique ?
Non, parce que tous les groupes sont clairement identifiés par rapport à l’image qu’ils renvoient. Mais chaque groupe apporte son écot à la musique. Nous, on a décidé d’enlever un peu d’aspect humain, et de mettre des personnages bibliques à la place. Mais tu sais, tous les groupes sont bien conscients de ce qu’ils sont. Certains te disent qu’ils se foutent de ce qu’ils portent ou de ce qu’ils font : ce sont des ramasse-merdes.
Pour revenir à la question, elle mérite d’être posée : on aurait pas pensé une seule seconde que cette histoire de masques puisse aller si loin ! Les gens ne sont pas indifférents au fait qu’on porte des masques, mais quand on nous demande ce que ça donnerait sans masque, je leur réponds en général « Parlons musique. Sinon, on aurait sorti des albums photos. ».

Comment tu réagis quand tu entends les gens classer Ghost B.C. dans la scène Doom Metal ? Tu trouves pas ça réducteur, compte tenu des influences variées du groupe ?
C’est exactement ça. Quand on a commencé, on faisait partie des groupes émergents de cette scène, et les gens ont toujours envie de nous rattacher à cette scène-là. Pour certains, c’est super important qu’on soit rattachés au Doom, parce qu’ils aiment le Doom et qu’ils peuvent nous écouter sans avoir l’impression de sortir de ce cadre. En tout cas, je m’en fous un peu, ils peuvent bien nous classer dans le genre qu’ils souhaitent, c’est pas très important finalement. Mais bon, on fait pas de Doom ! Dans le premier album, y’avait quelques trucs Doom mais sans plus …

55052e_d48a80c9f0ef496db49fa48dd03d69d9

C’est peut-être parce que les textes sont assez sombres ?
Ouais…mais bon, je ne peux pas dire aux gens qui nous sommes, mais je peux très bien leur dire qui nous ne sommes pas !

Meliora a été un succès critique, est-ce que ça met la pression pour un éventuel quatrième album ?
On a déjà quelques idées ! Le truc le plus important, c’est de ne pas rester bloqués, de ne pas se répéter : on aurait aucun interêt à refaire la même chose. On rencontre ce genre de problème avec les paroles, parce que bon….les synonymes du mot Diable…(rires) Mais on veut juste s’amuser, faire de la musique, qu’on aime ce qu’on joue, et c’est ce qu’on a déjà fait sur 3 albums ! On verra ce qui arrive.

On a entendu parler d’un nouvel EP cette année…c’est vrai ?
Ouais ! Ca fait un moment qu’on en parle. Ca fait un bon moment qu’on est en tournée, on est pas souvent chez nous, mais aurait déjà dû l’enregistrer. Je pense qu’on va l’enregistrer cette année, avec des reprises ou des nouveaux titres.

Vous invitez parfois des guests (dont Dave Grohl, pour n’en citer qu’un), mais comment procédez-vous ? Vous invitez des gens, ou les gens demandent à jouer ?
On rencontre des gens. Certains nous aiment bien, alors on les invite. C’est aussi simple que ça.

Si tu devais bosser avec un artiste, maintenant, ce serait qui ?
Björn, de ABBA ! On a enregistré en Suède, et il est venu nous voir ! Et j’étais chez moi parce que j’étais malade, putain …

Quel rituel doit-on accomplir pour offrir notre âme à Papa Emeritus III ?
Je sais pas trop, je crois pas que tu aies un truc à faire en particulier. Généralement, la façon dont tu mènes ta vie t’entraine parfois du côté obscur

Dernière question : vous avez tourné avec Mastodon, que penses-tu du groupe ?
J’adore ces mecs ! On a tourné avec eux pour la première fois en 2012, on a passé beaucoup de temps avec eux, ils ont été adorable avec nous, et ce à chaque fois depuis qu’on les connaît. Je les adore, autant humainement que musicalement : ce sont nos potes quoi !

Merci à la Goule sans nom, à mon fidèle photographe Lukas Guidet & la Coopérative de Mai, une super salle qu’on vous recommande vivement de visiter et de supporter!