Granny Smith

Acidité garantie depuis 2011.

Music Monday #75d – Enter Shikari – The Dreamer’s Hotel

Un peu de nul part, Enter Shikari a annoncé son retour avec un nouveau single et surtout leur 6e album pour le 17 avril prochain. Mais après un The Spark décevant, que vaut ce nouveau son ?

Notre histoire d’amour avec les Anglais est semée d’embuches. Après une idylle parfaite, Rou Reynolds et ses compères ont eu l’idée de continuer sur leur lignée pop en sortant The Spark, album résolument électro et plus doux que ses prédécesseurs. On était donc forcément sur nos gardes à l’arrivée de « The Dreamer’s Hotel ».

Belle fut ma surprise d’entendre un single bien plus rock dans ses intentions et sa sonorité. Shikari semble revenu en arrière puisque cette chanson aurait très bien pu figurer sur The Mindsweep. Est-ce une critique ? Absolument pas. Ici, on sent le quatuor réussir à mixer leurs envies de « violence » avec des ambiances plus pop et radiophoniques. Quelque chose qu’ils avaient bien entrepris sur The Mindsweep. Et il faut dire qu’il peut sembler logique de les voir remonter le temps quand on voit l’évolution de leur popularité entre leurs deux dernières sorties.

De leur 4e à leur 5e album, Enter Shikari est passé de la grande salle du Transbordeur au CCO. Pour les non Lyonnais, ils sont passés de 1700 places à 300. Ce qui fut quelque peu surprenant à l’époque de l’annonce de leur tournée pour The Spark mais qui montre bien que le public a un peu laissé tomber avec leur dernière livrée. En espérant donc que Nothing Is True & Everything Is Possible soit leur rédemption aux yeux du grand public. Il faut dire qu’une de leur qualité réside dans leurs performances en live. Et ce single risque de faire remuer la fosse ainsi que de la faire chanter.

Au niveau des paroles, le groupe s’attelle sur un sujet en vogue en ce moment : les Réseaux sociaux. Mais avant de crier « Ok Boomer », leur idée rejoint celle de Tool. Ils parlent du coté Manichéen que peuvent créer les débats. Ils soulignent aussi la propension des réseaux sociaux à créer des conflits qui font que le « Dreamer’s hotel » est déserté.


The Dreamer’s Hotel is this wishful-thinking, rose-tinted place where one can get away from that and dream again, and think about how to improve society. In the song it’s this dilapidated, deserted place (laughs), because no-one’s checking in to that hotel anymore. We’re all just too busy being furious with each other outside of the hotel

Rou Reynolds dans le Kerrang Magazine du 12/02/20

Au final, Enter Shikari marque son retour avec un très bon titre qui donne envie d’en avoir bien plus. Mais pour cela, il faudra attendre avril et l’album complet. On part déjà avec un meilleur capital sympathie que pour The Spark, ce qui est un bon point.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Granny Smith

Thème par Anders Norén