Mastodon – Crack The Skye (Partie 2)

Pour fêter les 10 ans de Crack The Skye, retour sur l’histoire de l’album. Deuxième partie consacrée à quelque chose de plus sombre qui flotte autour des paroles.

La mort est une chose inévitable qui frappe chacun d’entre nous. Famille, amis, connaissances ou juste une célébrité à laquelle on était attaché, on est tous confronté à la perte d’un être cher. La musique est un moyen d’expression comme un autre pour témoigner de sa colère, sa détresse ou encore sa convalescence.

Pour Mastodon, la perte d’un proche est malheureusement quelque chose de récurrent et de ce fait, un thème souvent utilisé dans leurs albums. Si leur dernière production en date, Emperor Of Sand, est dans cette catégorie, on s’attellera plutôt au drame entourant Brann Dailor, le batteur. A seulement 15 ans, il perd sa soeur Skye de 9 mois sa cadette. Harcelée à l’école, la jeune fille avalera des médicaments qui la tueront. Un suicide qui va détruire son frère au point de le faire plonger dans la drogue, les deux étant très proches. Si Brann s’en sort, il doit son salut à son épouse, mais aussi à Mastodon. Le premier album du groupe porte d’ailleurs un nom assez évocateur : Remission.

Malgré ses déclarations parlant d’une rémission et du bien que lui a prodigué son déménagement à Atlanta, Brann Dailor reste traumatisé par le suicide de sa soeur. Il faudra attendre 2009 pour que cette histoire reprenne vie dans la musique de Mastodon avec Crack The Skye, hommage direct à Skye Dailor dans son titre. Mais ça ne s’arrête pas là.

Oblivion

I flew beyond the sun before it was time
Burning all the gold that held me inside my shell

Dès les premières paroles, on peut s’imaginer deux scénarios. Le premier met en scène Skye comme narratrice et reprend le fondement de l’histoire principale, avec l’âme qui se sépare du corps physique lors de sa mort « before it was time ». Le second met en scène Brann en narrateur qui voit une partie de sa vie brûler bien trop vite avec le décès de sa soeur. Les paroles font même comprendre qu’il perd le goût à la vie :


Lost love, bright eyes fading
Faster than stars falling

Les deux lignes suivantes sont intéressantes puisqu’elles peuvent être lues avec le point de vue des deux narrateurs. D’un côté, Skye qui sous-entend la raison de son suicide, à savoir le fait qu’elle se sente comme une ratée. De l’autre Brann, qui se rend responsable de ne pas avoir veillé sur sa petite soeur. Deux phrases qui sont lourdes de sens.

How can I tell you that I’ve failed?
Tell you I failed

S’en suit le refrain qui là aussi suit les deux axes de lecture. Skye est perdue dans « l’Oblivion » suite à sa mort. Pour Brann, les paroles suggèrent qu’il tombe en dépression suite au choc de la mort de sa soeur. Le couplet post-refrain reprend un évènement qui est arrivé au batteur. Deux semaines après le décès de sa soeur, et en pleine descente d’acide, il décide de creuser la tombe de Skye pour lui rendre un dernier hommage. Mais arrivé à mi-chemin, il s’est arrêté, trainant dans la terre, la poussière, avec la tête dirigée vers les étoiles.


I tried to burrow a hole into the ground
Breaking all the fingers and the nails from my hands

La suite du couplet continue sur Brann et sur ce qu’il vivait lors de son adolescence. Il n’était pas conscient des abus commis dans sa famille et des aspects négatifs que cela pouvait avoir sur sa soeur. Leur beau-père était très violent, ce qui impactait la mère des deux enfants, obligée de prendre des médicaments pour oublier. Brann étant tombé dans ce piège de la drogue pour penser à autre chose (Ignorant Bliss) tandis que la tragédie était imminente.

The eyes of a child see no wrong
Ignorant bliss, impending doom

Divinations

It’s gone away
It’s gone away
It’s gone for good

Brann prend conscience qu’il ne reverra jamais sa soeur. Elle est définitivement partie. D’ailleurs, le refrain laisse penser qu’il est perdu dans ses pensées, qu’il n’a plus aucune notion du temps.

Concernant Skye, la chanson laisse supposer deux choses. Soit elle est dans un endroit qu’on pourrait supposer être le paradis. Elle est perdue dans l’espace-temps, qui sont finalement deux données inutiles une fois mort. Aussi, la phrase « wormhole is empty » est une métaphore du paradis, qui est un endroit représenté comme vide. On peut aussi voir le « wormhole » comme une porte l’emmenant vers sa prochaine destination.

No escape
Binding spirits
No escape
Trapped in time space
Rapid descendants
The wormhole is empty

Quintessence

Brann n’arrive pas à passer outre la mort de sa soeur et se bat contre ses propres démons. Pourtant, le refrain sonne comme une injonction, ici chantée par Troy Sanders.

Let it go
Let it go
Let it go
Let it go
Let it go

La suite de la chanson laisse entrevoir des actions sombres de la part de Brann. Il s’inflige du mal, fait couler son propre sang, provoquant une perte de ses repères & sens.

Holding my eyes to the future
Cupping the blood myself
Letting loose the guided
Punching these holes in my head
Losing my skin to the landslide

La dernière minute de « Quintessence » tombe dans un univers très dark avec cette voix caverneuse de Troy Sanders qui arrive sur des riffs plus lents et lourds. Ce moment où Brann craque émotionnellement et fait un dernier au revoir à sa soeur.

Shield failure
Speed farewell

The Czar

Cette chanson est un point central de l’histoire principale que nous avons détaillé dans la Partie 1. Concernant Brann et sa soeur, il y a deux parties qui nous intéressent.

It’s your own fault
This is what we wanted
It’s your own fault
This is where we lay

Brann est dans une sorte de colère. Il blâme sa soeur pour ses actions et la rend responsable de sa mort. Mais la dernière phrase laisse aussi supposer qu’il pense à la rejoindre.

Spiraling up through the crack in the sky
Leaving material world behind
I see your face in constellations
The martyr is ending his life for mine

Cette partie est très intéressante puisqu’elle mêle beaucoup de choses. Les deux premières phrases font penser au départ de Skye et son ascension vers le ciel, de manière métaphorique. Mais pour Brann, l’expression « Crack the Sky » a un sens particulier, comme il le raconte à l’époque à MTV :

Her name was Skye, so Crack the Skye means a lot of different things. For me personally, it means the moment of being told you lost someone dear to you, [that moment] is enough to crack the sky.

Il est au fond du trou suite au décès de sa soeur et « Crack The Sky » peut être vu comme un signe d’une profonde dépression. La phrase qui suit est inspirée d’une scène de la vie de Brann, qui est la suite de l’histoire évoquée dans « Oblivion ». Alors sur la tombe de sa soeur, et les yeux rivés vers le ciel, il a aperçu le visage de Skye dans le ciel, lui disant que tout va bien et qu’elle se trouve dans un meilleur endroit. En rentrant chez lui, il trouvera sa mère, allongée sur son lit, en larmes, après que son conjoint ait quitté le domicile. Une soirée qui marquera à jamais Brann.

Crack The Skye

Nous sautons allégrement « Ghost Of Karelia », axée uniquement sur l’histoire principale, pour passer au gros morceau de l’album : « Crack The Skye ». C’est ici que l’hommage à Skye Dailor est le plus prononcé, mais c’est aussi dans cette chanson qu’on ressentira les plus grandes émotions.

Sans Neurosis, pas de Mastodon. Le groupe de Scott Kelly a grandement influencé le quatuor d’Atlanta. C’est aussi leur musique qui a aidé Brann Dailor à s’en sortir après le décès de Skye. Une admiration qui se transformera en amitié. En 1999, Neurosis tournait en Europe avec Today Is The Day, ancien groupe de Brann Dailor. Les deux ont pu se rapprocher et parler de leurs expériences communes avec la mort, comme l’a expliqué Brann dans une interview pour Metal Hammer datant de 2016.

We’d experienced some similar deaths, and it brought us together. We had a lot to talk about.

Kelly va être amené à poser sa voix sur des chansons de Mastodon à partir de leur deuxième album « Leviathan ». Depuis, il est présent à chaque sortie sur un titre. Pour l’album qui nous concerne, Brann lui a demandé de chanter sur ce titre en particulier. Conscient de la portée émotionnelle forte du morceau, Scott Kelly s’est préparé en amont, comme il l’a expliqué à Rock Sins en 2010.

I took it really seriously and I emailed with Brann’s Dad a couple of times and just talked to him about Skye, and then he sent me a photograph of her actually, and I sat there and looked at that photograph of her and just kinda meditated on her and on all of the situation, and the family and then actually set all that shit up in the studio and recorded the song with her picture there, and I just really tried to do it as real as I felt I could.

Il décrit d’ailleurs ses parties de chant comme les plus difficiles et les plus lourdes émotionnellement qu’il ait eu à faire en dehors de son travail avec Neurosis. Cela se ressent dans ses cris très profonds. On sent qu’il va chercher loin au fond de lui pour tirer le maximum de sa voix et offrir une performance touchante.

La structure narrative se joue tel un dialogue dans la tête de Brann Dailor. La douleur étant dans les parties & le chant guttural de Scott Kelly tandis que les parties claires, chantées par Brann & Troy Sanders, représentent l’envie d’avancer de Dailor.

Plutôt que de faire un ligne par ligne du texte, ce qui serait assez long, on va s’arrêter sur 2 passages.

The screaming arrows tear through my soul
In the dawn your face is haunting
White ghostly dreams of old

Ici, ce couplet chanté par Scott Kelly est largement inspiré de la vie réelle de Brann Dailor et de ce qu’il a vécu, ou vit encore actuellement. Il ne peut s’empêcher de voir sa petite soeur hanter ses rêves. Il entend même encore sa voix à travers des cris déchirants. Il est dans un gouffre émotionnel intense. Et tant qu’on parle d’émotions, la fin de la chanson en est très riche.

Momma don’t let them take her
Don’t let them take her down
At least alone

Le dernier couplet de Scott Kelly est probablement le plus chargé émotionnellement. Il va puiser en lui un cri intense, qui nous laisse entrevoir la détresse qu’a vécu Brann. Et qu’il doit sûrement vivre encore. Et le dernier refrain, la dernière réponse de Brann à lui-même, est magnifique.

Please tell Lucifer he can’t have this one
Her spirit’s too strong

Skye Dailor n’ira jamais en enfer. Son esprit rejoindra les âmes les plus pures du paradis où elle deviendra un ange, sûrement l’ange gardien de Brann. Nul doute que sa soeur veille sur lui depuis tout ce temps. Mais cette chanson, et ce final, qui alterne entre cris déchirants et voix claires est tout simplement fou.

The Last Baron

Please, please take my hand
Please take my soul to rest
So we can always be around

Dès le début, on retrouve des paroles qui font écho à l’état d’esprit de Brann. Il souhaite retrouver sa soeur, donc s’ôter la vie lui aussi pour ne plus souffrir de son absence. Au long de la chanson, les paroles font référence à son état. Il se trouve sur une ligne fine entre la rémission et la chute dans le vide, comme ici :

Standing on the edge
The foot of precipice

Mais tout le texte peut aussi se lire du point de vue de Skye. Elle s’élève dans le ciel et demande à être guidée vers sa nouvelle maison. Et comme dans l’histoire principale, elle se retrouve à batailler contre ses propres démons pour pouvoir atteindre le paradis. Sauf qu’on se retrouve dans le même cas de figure, avec cette dernière ligne qui laisse une fin ouverte. Est-elle bien parvenue au firmament ? Mastodon nous laisse notre imagination comme seule limite à leur histoire.

Crack The Skye est donc une oeuvre complète qui dépasse le simple cadre de la musique. C’est une thérapie, une introspection dans l’esprit d’une personne en dépression. La mort est une affaire qui peut emmener chaque personne dans un gouffre sans fond, duquel peuvent surgir des productions d’une qualité inégalable. Cet album est immense, et la partie 3 sera là pour qu’on en discute plus largement.