Granny’s Playlist #2 : Norrsken

« Imagine yourself by a campfire underneath the open sky, far away from the rattling of society. Nearby you notice a raven spreading its wings; croaking as it solemnly stares out across the surrounding landscape. As you turn you can hear a fox crying out in the distance, followed by what can be perceived as a drum beat derived from the earth itself. » –

Voilà ce que l’on peut retrouver dans la présentation des Suédois de Forndom sur leur bandcamp. Une bonne idée de ce qui vous attend aujourd’hui pour cette nouvelle playlist made in Granny Smith !

Pour affronter le froid approchant, nous avons décidé de nous éloigner du doux hardcore bourré de testostérone pour nous diriger du côté des douceurs nordiques et de la Scandinavie et la plupart des pays nordiques. De quoi se plonger dans de longues méditations hivernales tout en gravant quelques runes sur le premier support venu.

Pas de grandes surprises dans cette playlist pour les amateurs du genre, cette dernière nous emmenant tout d’abord du côté de la Suède, avec Garmarna, nom tiré directement de la mythologie nordique et de Garmr, tout en passant par la Norvège pour y retrouver le porte-étendard du genre, Wardruna, du bel homme Einar Selvik-que l’on retrouvera par la suite à travers sa collaboration avec Ivar Bjørnson (Enslaved) pour le projet « Skuggsjá ». Un choix nous permettant de conclure la playlist à travers « Kvervandi » et « Helvegen » ; deux titres aux thèmes communs, à savoir le cycle de la vie, du temps qui passe et de cette chouette mort, notamment pour « Helvegen » traduisible par « Le chemin vers Hel » – « Le chemin des morts », titre funéraire par excellence dans lequel nous pouvons y trouver un bout du Håvamål (Les Dits du Très-Haut) tiré de l’Edda poétique :

« Le bétail meurt, les gens proches meurent, Chacun, même soi, est mortel : Mais le renom ne meurt jamais, De celui qui en a fait noble usage. »

Mais avant la mort, il y a la vie. Et l’amour. Un peu. Et pour cela, direction les terres féringiennes pour y retrouver Eivør et son célèbre « Trøllabundin » retraçant l’histoire d’une jeune femme « ensorcelée au plus profond de [son] âme » par un sorcier. L’amour nordique, messieurs-dames.
Une vie en mouvement, où les atomes ne cessent de bouger, symbolisée par les titres « Flykt » (« Fuite »), de Forndom et évidemment « Raido » de Wardruna – Raidho étant la cinquième Rune de l’ancien futhark et symbolisant cette idée de mouvement en étant associée à la chevauchée, au voyage à cheval, au char ou encore à la roue avec en ligne directrice cette idée de dynamisme et de voyage. Nous vous invitons également à voir le clip réalisé pour mieux comprendre cette idée :

Un voyage nous emmenant progressivement vers les ténèbres à travers les sonorités chamaniques de Danheim sur « Myrkviðr », et des Suédois de Draugurinn, groupe se définissant par ces quelques termes :

« With the forces of fire and ice – darkness and light DRAUGURINN summons us to bearwitness to her second creation “Myrkraverk”. It is a ritualistic work of art, derived from the ancient pulse of Icelandic traditions and lore, eachsong a sacrifice to the elements of nature and the powers that dwells there in. With drums and runes, melody and chants she explores something that lies hidden, a world or a state of mind we do not often get to travel to. ”Myrkraverk” possesses you with a hypnotic calm and leaves you with the question of what might be out there, within, underneath and above.”

Fermez les yeux. Profitez de ce voyage gratuit en terre nordique.
Si vous souhaitez approfondir le sujet, nous vous conseillons la lecture des livres de Régis Boyer ou encore « Les Runes : Ecriture sacrée en Terre du Milieu » de Julie Conton. De même, si jamais vous souhaitez vivre cette expérience en live, le Midgardsblot est fait pour vous !